Capsulite rétractile: un traitement thérapeutique

La capsulite rétractile provoque des douleurs invalidantes et une limitation des mouvements de l’articulation. L’épaule gelée (capsulite rétractile) résulte de la perte progressive de mouvement de l’articulation de l’épaule (glénohumérale). Cette articulation se compose d’une boule (la tête humérale) et d’une cavité (la glène). En temps normal, c’est l’une des articulations les plus mobiles du corps. Lorsque l’épaule est gelée, l’articulation est bloquée et son mouvement est limité.

La capsulite rétractile: qu’est-ce que c’est ?

Qu'est-ce que la capsulite rétractile ?

L’épaule gelée ou capsulite rétractile est une pathologie très fréquente et handicapante lié à la rétraction de la capsule articulaire. En effet, elle touche jusqu’à 10% de la population avec un pic de fréquence entre 40 et 60 ans, et les femmes sont plus touchées que les hommes.

De plus, cette pathologie évolue selon 3 phases successives :

  • Dans un premier temps, la phase douloureuse : une douleur nocturne et progressive qui peut durer de 2 à 9 mois due à l’inflammation de la capsule. Elle est principalement localisée sur le galbe de l’épaule et irradie souvent au bras, voire à l’avant-bras jusqu’au poignet. La douleur est constante mais l’épaule reste mobile.
  • Dans un second temps, la phase d’enraidissement : la douleur est intermittente et moins intense. Toutefois, il y a un enraidissement de l’articulation et la mobilité de l’épaule est fortement réduite dans toutes les directions. Cette phase dure en moyenne 10 mois.
  • Enfin, la phase de résolution : elle peut durer de 5 mois à 2 ans. Elle est caractérisée par une diminution de la douleur et une augmentation progressive des mouvements de l’épaule.

    Les principales causes de l'épaule gelée

    Les causes de la douleur ne sont pas clairement établies. Dans 25% des cas, la capsulite rétractile peut survenir sans cause : on dit qu’elle est idiopathique. 

    Le plus souvent, il existe un facteur favorisant :

    En premier lieu, le risque peut augmenter lorsqu’un problème médical, comme un accident vasculaire cérébral, ou une intervention chirurgicale, comme une mastectomie, vous empêche de bouger votre bras. Cependant ,dans 50 % des cas, elle se développe à la suite d’une fracture, d’un traumatisme des tissus mous, d’une tendinite mal soignée ou d’une intervention chirurgicale.

    Certaines conditions médicales peuvent également augmenter votre risque de contracter une épaule gelée. Vous pouvez également être plus susceptible de souffrir d’une épaule gelée si vous êtes diabétique. En effet, Environ 10 à 20 % des personnes diabétiques souffrent d’une épaule gelée. D’autres problèmes médicaux tels que les maladies cardiaques, les maladies de la thyroïde ou la maladie de Parkinson sont également liés à l’épaule gelée.

    Capsulite épaule : symptômes

    Les principaux symptômes d’une épaule gelée qui causes les douleurs de l’ épaule sont l’ inflammation de l épaule et la raideur de l’épaule qui rendent les mouvements difficiles ou impossibles (diminution de la mobilité).

    Par ailleurs, si vous souffrez d’une épaule gelée, vous ressentirez probablement une douleur intense ou diffuse au niveau de votre épaule. En outre, vous pouvez également ressentir une douleur dans les muscles de l’épaule qui entourent le haut de votre bras. Vous pourriez ressentir la même sensation dans la partie supérieure de votre bras.

    Votre douleur peut s’aggraver la nuit, ce qui peut rendre le sommeil difficile.

    Diagnostic de l'épaule gelée et examen clinique

    Afin de diagnostiquer une épaule gelée, votre médecin vous fera passer un examen physique. Il vérifiera l’intensité de la douleur et l’amplitude des mouvements. Pendant la partie « active » de l’examen, il vous laissera bouger votre épaule par vous-même. Par la suite, lors de la partie « passive », il bougera votre épaule pour vous et constatera toute différence.

    Votre médecin peut estimer qu’une injection d’anesthésiant est nécessaire. Il s’agit d’un médicament qui atténue la douleur afin de mieux évaluer l’amplitude de vos mouvements actifs et passifs.

    Un examen physique est généralement suffisant pour diagnostiquer une épaule gelée, mais votre médecin peut aussi demander des examens d’imagerie tels que des radiographies, des échographies ou une IRM pour exclure tout autre trouble, tel que l’arthrite ou une déchirure de la coiffe des rotateurs, qui peut également provoquer des douleurs et limiter l’amplitude des mouvements. L’IRM est actuellement le seul examen qui puisse apporter des éléments de réponse permettant de progresser vers le diagnostic lésionnel des raideurs.

    Capsulite rétractile : quel traitement ?

    Le traitement de première intention est toujours médical, comprenant des antalgiques, des anti-inflammatoires, de la physiothérapie et parfois des infiltrations de dérivés cortisoniques. Il existe de nombreux traitements de l’épaule gelée : infiltrations, physiothérapie et parfois interventions chirurgicales, embolisation, etc. Nous vous proposons une prise en charge de la douleur liée à votre épaule raide avec une technique thérapeutique : L’embolisation de la capsulite rétractile.

    L'embolisation de la capsulite rétractile

    L’embolisation de la capsulite rétractile consiste à introduire un cathéter au niveau d’une artère du poignet, puis à naviguer dans les vaisseaux jusqu’aux artères irriguant l’épaule afin d’en réduire l’apport sanguin. L’intervention se fait sous anesthésie locale.

    En premier lieu, le médecin introduit un cathéter au niveau du poignet, et sous guidage de l’imagerie, il dirige le cathéter vers les artères qui irriguent l’épaule. Une fois au bon endroit, il injecte alors un produit permettant de boucher ces artères (Produit embolisant). Ainsi, la diminution du flux sanguin va réduire le volume de la zone concernée. Dans ce cas, l’objectif est de réduire la taille du tissu inflammatoire autour de l’épaule, ce qui permet une amélioration de la douleur, de la raideur et de la capsulite adhésive.

    L’embolisation de l’épaule gelée est un traitement de radiologie interventionnelle réservé aux capsulites rétractiles en cas d’échec du traitement médical. Il s’agit d’une intervention endovasculaire, c’est-à-dire qu’elle est entièrement effectuée via les vaisseaux, sans geste ou incision locale.

    Les avantages de l'embolisation

    Le rétablissement après l’embolisation est très rapide dans la majorité des cas. En effet, le patient est en mesure de reprendre sans attendre ses activités quotidiennes. Dans les jours qui suivent l’intervention, les symptômes et la qualité de vie du patient seront nettement améliorés. En outre, l’embolisation ne présente aucun effet secondaire cosmétique et les complications majeures sont presque inexistantes. Les patients ayant bénéficiés d’une embolisation ont rapportés une réduction significative de la douleur et de l’utilisation d’analgésiques, cette intervention est à la fois efficace et surtout sûre.

    Les avantage du traitement de la capsulite par embolistation :

    • Soulagement immédiat des symptômes
    • Elle ne nécessite pas d’anesthésie générale, contrairement à la chirurgie
    • Reprise des activités quotidiennes quasi immédiate
    • Elle ne laisse aucune cicatrice
    • Elle laisse très peu d’effets secondaires qui s’estompent très rapidement
    • Nos experts sont là pour vous aider, en vous proposant un traitement efficace afin de soulager vos symptômes. En effet, notre centre est l’un des seuls qui maîtrise l’embolisation de la capsulite avec un taux d’échec proche de 0%.

     

    Infiltration de l'épaule

    L’infiltration de l’épaule peut se faire au niveau de plusieurs zones de l’épaule en fonction de l’étiologie. Ces zones comprennent :

    1) L’articulation gléno-humérale : il s’agit de l’articulation entre le bras et l’omoplate.

    2) L’articulation acromio-claviculaire : l’infiltration se fait au niveau de l’articulation entre l’acromion et la clavicule.

    3) La bourse sous-acromiale.

    Tout comme les autres articulations, l’infiltration peut se faire en intra-articulaire ou en péri-articulaire.

    Comment le rhumatologue injecte-t-il le produit dans l’épaule ?

    L’infiltration de l’épaule peut se faire sans guide radiologique : En premier lieu, le rhumatologue repère le point de ponction par une simple palpation de votre épaule, par la suite, il désinfecte la zone puis injecte le produit dans l’articulation à l’aide d’une aiguille.

    En l’absence de visibilité suffisante, cette intervention nécessitera un guidage radiologique (sous échographie ou radiographie). L’infiltration radioguidée permet ainsi de contrôler le trajet et la position de l’aiguille de manière continue. La procédure sera donc plus précise et plus ciblée.

    PRENDRE RENDEZ-VOUS

    J’ai des questions, je veux prendre rendez-vous pour une consultation.