Arthrose du genou : nouveau traitement

L’arthrose du genou, ou gonarthrose, est une maladie dégénérative des articulations qui peut toucher tout le monde, à tout âge. Elle affecte, dans ses phases initiales, le cartilage (amortisseur naturel d’une articulation), ce qui rend les surfaces de l’articulation plus rugueuses. Cela provoque une perte de l’amorti et de la mobilité du genou.

Gonarthrose du genou

Qu'est-ce que la gonarthrose ?

L’arthrose du genou (également appelée gonarthrose) est une atteinte des structures formant l’articulation du genou, ce qui peut entraîner une dégradation de l’articulation. La maladie est extrêmement fréquente, touchant 65% des adultes de plus de 65 ans. Il s’agit d’un mécanisme progressif, évoluant souvent par poussées, et associant différentes lésions :

  • Destruction progressive du cartilage
  • Remaniement des os de part et d’autre de l’articulation.
  • Inflammation de l’enveloppe qui entoure l’articulation (appelée synoviale)

Les principales causes liées à l'arthrose du genou

L’arthrose du genou ou gonarthrose engendre des douleurs chroniques lors d’un effort. Les causes sont nombreuses et variées :

  • L’âge : l’arthrose dite « primitive »
  • Le sexe : la gonarthose du genou est davantage répandue chez les femmes
  • Les facteurs génétiques
  • La surcharge des articulations (port de poids lourds)
  • Surmenage des ligaments et des articulations, activité physique, ce qui entraîne des micro traumatismes répétés lors de certaines activités professionnelles ou sportives (football ou rugby)

Arthrose du genou : symptômes

La gonarthrose se manifeste généralement par des douleurs du genou et une limitation des mouvements de l’articulation du genou. Aux premiers stades de la maladie, les personnes touchées ne ressentent généralement qu’une légère douleur lorsqu’elles bougent leur genou. La douleur disparaît souvent après quelques pas.

Si la gonarthrose persiste, l’ensemble du cartilage aura été décomposé à un moment donné. Les extrémités osseuses alors non protégées frottent les unes contre les autres. Dans certains cas, cela entraîne une restriction importante des mouvements et des douleurs. Cette douleur peut persister pendant une longue période et ne pas être directement liée au mouvement.

Étant donné que les symptômes peuvent varier considérablement, il est très difficile de déterminer la progression de la maladie. Alors que certains patients ne ressentent aucune douleur et ne connaissent que de légères restrictions de mouvement, d’autres peuvent ressentir de fortes douleurs. D’autres encore verront leurs symptômes disparaître d’eux-mêmes après un certain temps.

Les symptômes qui doivent alerter le patient

  • Douleur mécanique lors de la marche, perte de souplesse
  • Raideur des articulations
  • Epanchement intra-articulaire (genou gorgé d’eau, gonflé).
  • Craquements 
  • Blocage du genou
  • Déformation progressive (jambe arquée, jambe en X)

Diagnostic de l'arthrose du genou

Le diagnostic de l’arthrose du genou débute tout d’abord par un examen physique réalisé par votre médecin. Des analyses complémentaires peuvent être prescrites, notamment :

  • Des radiographies qui peuvent montrer des lésions osseuses et cartilagineuses et la présence d’éperons osseux.
  • Une IRM : Lorsque les radiographies n’expliquent pas précisément la douleur articulaire ou lorsque les radiographies suggèrent que d’autres types de tissus articulaires peuvent être endommagés, les médecins peuvent avoir recours à des analyses sanguines pour exclure d’autres affections susceptibles de provoquer la douleur, comme la polyarthrite rhumatoïde, un type d’arthrite différent causé par un trouble du système immunitaire.

Les 4 degrés de sévérité de l'arthrose du genou

  • Degré 1 : rétrécissement mineur de l’espace articulaire.
  • Degré 2 : rétrécissement mineur de l’espace articulaire et légères irrégularités de la surface articulaire.
  • Degré 3 : rétrécissement prononcé de l’interligne articulaire et irrégularités importantes de la surface articulaire.
  • Degré 4 : rétrécissement prononcé de l’espace articulaire et déformation/nécrose (mort des cellules osseuses) des parties articulaires.

Arthrose genou traitement naturel

Le traitement de première intention est toujours médical, et comprend des antalgiques, des anti-inflammatoires, de la physiothérapie et parfois des infiltrations de dérivés cortisoniques. En effet, Il existe de nombreux traitements pour la prise en charge l’arthrose du genou : infiltrations, kinésithérapie et parfois interventions chirurgicales, embolisation…Pour ce qui est de l’arthrose du genou, le traitement naturel par embolisation s’est avéré efficace et sans séquelles pour le patient.

Arthrose genou traitement naturel : Embolisation

L’embolisation de l’arthrose consiste à réduire l’apport sanguin de l’artère géniculée vers le genou afin de réduire l’inflammation.

L’embolisation est réalisée en ambulatoire. Tout d’abord, le médecin applique une anesthésie locale, il insère ensuite un petit cathéter dans l’artère du haut de la cuisse du patient et, à l’aide de l’imagerie, il guide le cathéter jusqu’aux artères qui alimentent la paroi du genou.

Par la suite, il navigue dans les vaisseaux pour effectuer une artériographie, c’est-à-dire une cartographie du réseau artériel du genou, afin d’identifier les artères hypertrophiées. Une fois qu’il positionne son cathéter au bon endroit précis, il injecte de minuscules particules à travers le cathéter dans ces artères, réduisant ainsi l’apport sanguin. L’embolisation met fin à l’hyper vascularisation, à l’inflammation et ipso facto aux symptômes qui en résultent.

En fin d’intervention, le médecin retire le cathéter et le recouvre point de ponction de l’artère à l’aide d’un pansement. Cette cicatrice est la seule (millimétrique) laissée par l’intervention.

Avantage de l'embolisation

Tout d’abord, suite à l’embolisation, le patient peut s’attendre à une amélioration considérable de ses symptômes et ce, dans plus de 85% des cas.

Le principal avantage de cette méthode est tout d’abord son caractère mini-invasif. De ce fait, le traitement est réalisé au travers d’un cathéter introduit directement dans une artère de la jambe. Cette intervention est indolore, ce qui permet la réalisation sous anesthésie locale.

La période d’hospitalisation et la durée de rétablissement après l’embolisation (quelques jours) sont très courtes. Aucune période de convalescence n’est nécessaire.

Infiltration du genou

En général, le genou douloureux est initialement traitée par un moyen non médicamenteux (repos) et plus ou moins médicamenteux (antalgique et anti-inflammatoire). Si malgré les traitements de première intention, la douleur persiste, une infiltration du genou est indiquée. L’infiltration du genou est un examen habituel qui nécessite quelques petites techniques pour être efficace.

Le genou à ponctionner doit être sur le côté avec une flexion de 15 degrés.

L’infiltration du genou peut se faire sans guide radiologique : le médecin localise le site de ponction par une simple palpation du genou, désinfecte la zone puis injecte le produit dans l’articulation à l’aide d’une aiguille.

En absence de visibilité suffisante, cette intervention nécessitera un guidage radiologique (sous échographie ou radiographie). L’infiltration radioguidée permet donc un excellent contrôle en continu du trajet et de la position de l’aiguille. La procédure sera donc plus précise et plus ciblée.

Lorsque l’infiltration n’arrive plus a vous soulager la douleur, vous pouvez opter pour l’embolisation de l’artère géniculée.

PRENDRE RENDEZ-VOUS

J’ai des questions, je veux prendre rendez-vous pour une consultation.